Lyonel Feininger, l'arpenteur du monde

du 18 avril au 31 août 2015

L’atelier de gravure du Bauhaus fut l’un des premiers ateliers de l’École mis en place à Weimar et il fonctionna de 1919 à 1925.
Au Bauhaus, la formation artistique était rigoureusement liée à la formation artisanale. Pendant la période de Weimar, l’atelier était donc placé sous la double direction d’un « maître de formes » et d’un « maître artisan » et les étudiants étaient tenus de se soumettre à un examen de fin d’apprentissage artisanal ou de maîtrise selon les règles en vigueur dans l’artisanat.
 
L’atelier permettait de pratiquer la gravure en taille-douce, la lithographie et la gravure sur bois.
Il était surtout destiné à l’impression artistique. Ce n’est qu’après l’installation de l’École à Dessau que les techniques d’impression seront associées à l’art de la typographie dans le nouvel atelier de publicité. Pendant la période de Weimar, l’atelier était ouvert à tous, étudiants et maîtres qui souhaitaient s’exercer aux différents procédés ou s’en servir pour la reproduction en série de leurs œuvres.
 
Lyonel FEININGER (1871-1956), Gelmeroda, 1920, bois gravé, 33,3 x 23,5 cm. Collection particulière. © Maurice Aeschimann — © ADAGP, Paris, 2015
Lyonel FEININGER (1871-1956), Gelmeroda, 1920, bois gravé, 33,3 x 23,5 cm. Collection particulière. © Maurice Aeschimann — © ADAGP, Paris, 2015
Lyonel Feininger devient maître de formes de l’atelier au départ de son prédécesseur Walther Klemm. Carl Saubitzer, lithographe lui-même, en étant le maître artisan. Sous la direction de Feininger, l’atelier réalisa d’importants portfolios, permettant ainsi la diffusion à moindre coût de l’œuvre des artistes et la promotion de l’École elle-même.
 
Le premier portfolio fut publié en 1921, « Zwölf Holzschnitte von Lyonel Feininger » (12 bois gravés de Lyonel Feininger). Conçu par Feininger lui-même, le recueil comprenait essentiellement une sélection de gravures sur bois de petit format, réalisées avant le Bauhaus. À partir de cette date et jusqu’en 1924, neuf autres recueils parurent, des portfolios personnels de gravures de Wassily Kandinsky (Kleine Welten / Petits mondes), d’Oskar Schlemmer, de Georg Muche et de Gerhard Marks, ainsi que quatre portfolios collectifs (maîtres du Bauhaus).
 
Le projet le plus ambitieux de l’atelier était une anthologie intitulée « Neue Europäische Graphik » (Nouvelle gravure européenne). Cinq portfolios étaient prévus qui devaient présenter l’art des artistes allemands, mais aussi des avant-gardes française, italienne et russe. Le projet resta inachevé. Quand le Bauhaus se délocalisa à Dessau, l’atelier de gravure cessa de fonctionner.