La Ville

Située à l'embouchure de la Seine, la ville du Havre, inscrite en 2005 au patrimoine mondial par l'UNESCO, a toujours été un point d'accès stratégique à l'intérieur des terres, vers Paris.
Vue du Havre depuis le bassin du Commerce. © Ville du Havre
Vue du Havre depuis le bassin du Commerce. © Ville du Havre
Fondée le 8 octobre 1517 par François Ier, la ville du Havre connait un fort essor démographique grâce au dynamisme de son port aux XVIIIe et XIXe siècles.
 
En 1852, sous la pression d'un centre toujours surpeuplé, Napoléon III décide de démanteler les enceintes, de les remplacer par de grands boulevards, et d'annexer les communes environnantes. Le Havre devient une grande ville industrielle intégrant un port voué aux trafics des matières premières (coton, café, épices, bois exotiques...) et au transport des passagers avec l'essor des transatlantiques.
 
Bombardée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, Le Havre est l'une des villes les plus sinistrées d'Europe : les 150 hectares du centre historique sont dévastés.
Outre son rôle prépondérant dans le commerce extérieur, la cité maritime et portuaire est fortement liée au trafic des transatlantiques : sa reconstruction, devenue priorité nationale, doit donc refléter aux yeux du monde la renaissance du pays. Le gouvernement français de l'immédiat après-guerre souhaite réunir ici toutes les compétences nécessaires à la réalisation d'une ville exemplaire.
Les disciples et anciens élèves d'Auguste Perret se regroupent et constituent un atelier de reconstruction du Havre. Cet atelier applique les principes du classicisme structurel, alliant utilisation du béton armé et vocabulaire classique.
Ainsi, entre 1945 et 1964, une centaine d'architectes réalisent un ensemble paysager d'une exceptionnelle cohérence où les édifices expriment les multiples déclinaisons d'un même langage architectural.
 
Le Havre a rejoint en 2001 le réseau national des Villes et Pays d'Art et d'Histoire, établissant ainsi un ensemble d'actions de médiation autour du patrimoine, considéré dans toutes ses composantes : architecturale, historique, sociétale, humaine.
 
Depuis juillet 2005, la ville du Havre avec son paysage architectural représentatif d'une exceptionnelle cohérence est inscrite sur la Liste du patrimoine mondial par l'UNESCO.

Le Muséum d'histoire naturelle

Le muséum d'histoire naturelle du Havre. © Ville du Havre / Philippe Bréard
Le muséum d'histoire naturelle du Havre. © Ville du Havre / Philippe Bréard
Tout au long de l'année, le Muséum d'histoire naturelle du Havre propose des expositions temporaires, ludiques et interactives pour découvrir et comprendre les richesses du monde animal, végétal et minéral.
Son objectif : favoriser l'envie d'apprendre en associant science et sourire, c'est-à-dire dédramatiser la science pour mieux en percevoir et faire partager les enjeux, et s'inscrire comme un lieu de lien et de partage intergénérationnel.
Avec un riche programme d'expositions temporaires, mais aussi de visites commentées, d'ateliers, de rencontres autour du conte, de spectacles, de conférences ou encore d'événements, le Muséum s'affirme comme un lieu de découverte et de partage pour toute la famille.
 
Pour connaitre toute la programmation des actions et événements organisés par le Muséum d'histoire naturelle, consultez le site du Muséum.

L'Abbaye de Graville

L'abbaye de Graville. © Ville du Havre / Philippe Bréard
L'abbaye de Graville. © Ville du Havre / Philippe Bréard
L'Abbaye de Graville, située à flanc de coteau, domine l'embouchure de la Seine jusqu'à la mer. Elle est constituée d'une église avec une nef romane et un chœur gothique, et de bâtiments conventuels dont le réfectoire et le cloître ont aujourd'hui disparu.
Un cimetière romantique l'entoure, remarquable par quelques sépultures de savants et négociants havrais, ou des stèles de sépultures d'enfants portant des vers de Victor Hugo. Au Sud, des jardins en terrasse épousent les dénivelés. Dominant la ville, y est érigée une monumentale statue de la vierge à l'enfant, appelée « vierge noire » parce qu'elle remplace une autre vierge fondue dans un alliage moins noble devenu noir par corrosion. Ce sont les mères des soldats français qui ont permis sa réalisation en remerciement d'avoir épargné la ville pendant l'invasion prussienne de 1870.
Au début du XXe siècle, l'abbaye abrite les collections lapidaires et archéologiques du musée de la ville. Restaurée après les bombardements de 1944, elle rouvre en partie au public en 1952. L'ensemble est aujourd'hui classé au titre des Monuments Historiques.
 
Pour plus d'informations sur l'Abbaye de Graville, consultez le site de la Ville.

La Maison de l'Armateur

La Maison de l'Armateur. © Ville du Havre / Philippe Bréard
La Maison de l'Armateur. © Ville du Havre / Philippe Bréard
La Maison de l'Armateur est l'un des derniers témoins du Havre du XVIIIe siècle et l'un des fleurons du patrimoine urbain. En cela, elle est un maillon indispensable de la mémoire collective havraise.
Paul-Michel Thibault (1735-1799), architecte des fortifications et fontainier de la ville du Havre, décide, aux environs de 1790, de construire pour son usage personnel et selon des plans extrêmement originaux, une maison, dans un quartier de la ville densément peuplé, mais attirant toujours les plus fortunés. La maison doit être à la hauteur de la notabilité du propriétaire et susciter l'admiration.
Après la Seconde Guerre mondiale, la ville du Havre et les Monuments Historiques décident de sauvegarder la Maison, fortement endommagée par les bombardements, et d'y ouvrir un musée des arts décoratifs, des arts graphiques et de l'histoire du Havre, pour la période 1780-1830.
Une première campagne de sauvetage de la Maison est entreprise entre 1946 et 1959. Après une interruption de 15 années, impératifs de la reconstruction d'une ville sinistrée obligent, les travaux de restauration et de réhabilitation démarrent en 1979. De nouvelles périodes d'arrêt se succèdent et ce n'est qu'en 2005 que le chantier prend un essor rapide pour une ouverture en 2006.
 
Pour plus d'informations sur la Maison de l'Armateur, consultez le site de la Ville

L'Hôtel Dubocage de Bléville

L'Hôtel Dubocage de Bléville. © Ville du Havre / Philippe Bréard
L'Hôtel Dubocage de Bléville. © Ville du Havre / Philippe Bréard
L'Hôtel Dubocage de Bléville est l'une des plus importantes propriétés privées du quartier Saint-François pour le XVIIe et XVIIIe siècle. Elle fut celle du navigateur et négociant Michel Joseph Dubocage de Bléville (1676-1727) et de son fils Michel Joseph (1707-1756) historien naturaliste et échevin de la ville du Havre.
Cet édifice remarquable, en partie classé Monument Historique, situé au cœur du Havre, se veut un espace muséal facile d'accès. Les nouveaux jardins à la française, tout comme les salles d'exposition du rez-de-chaussée et les salles d'études, sont en accès libre afin de permettre aux visiteurs de s'approprier les lieux et de créer, avec ce nouveau musée, un rapport simple et naturel.
Y sont exposés des objets, estampes, tableaux... faisant référence à l'histoire du Havre et à son port, valorisant ainsi une vie maritime riche et passionnante. Ces œuvres sont présentées dans une muséographie nouvelle, pensée pour coïncider avec l'histoire des lieux. Les salles d'exposition sont traitées comme des cabinets de collectionneurs (visite guidée tous les dimanches à 15 h 30), les réserves, quant à elles, sont accessibles les derniers samedis de chaque mois à 14 h. En dehors de ces rendez-vous, l'Hôtel Dubocage de Bléville propose des visites guidées aux groupes, sur réservation.
 
Pour plus d'informations sur l'Hôtel Dubocage de Bléville, consultez le site de la Ville.

L'Espace André Graillot

L'espace André Graillot. © Ville du Havre
L'espace André Graillot. © Ville du Havre
Grâce à une convention de mise à disposition de la salle d'exposition de l'Espace André Graillot, entre le Grand Port Maritime du Havre et l'Association du Musée Maritime et Portuaire, le patrimoine maritime havrais bénéficie d'un lieu d'exposition temporaire.
Au nombre de trois par an, les expositions permettent de valoriser et de promouvoir un patrimoine riche. Les collections havraises se composent d'œuvres d'art, de documents d'archives, de photographies, de films, d'objets de la marine marchande, mais aussi de bateaux parmi lesquels le bateau-feu. Bien évidemment, le lieu s'ouvre aussi aux collections venues de l'extérieur.
L'accueil de l'espace est réalisé par les bénévoles des associations maritimes.
 
Pour plus d'informations sur l'Espace André Graillot, consultez le site de la Ville.

Ville d'Art et d'Histoire

Maison du patrimoine. © Ville du Havre / Erik Levilly
Maison du patrimoine. © Ville du Havre / Erik Levilly
Un appartement-témoin est reconstitué au premier étage d'un immeuble sans affectation individuelle ou immédiate (ISAI), conçu par l'atelier Perret à partir de 1946.
Cet appartement permet de découvrir les aménagements proposés par l'atelier pour reloger les habitants : double orientation, ensoleillement optimal, cuisine et salle de bains intégrés, vide-ordures, chauffage collectif à air pulsé. Le mobilier choisi fait référence aux aménagements des appartements types présentés pendant la reconstruction (entre 1945 et 1955) et destinés aux sinistrés havrais. Ainsi, la salle à vivre comprend du mobilier de René Gabriel, la chambre des parents, un ensemble d'André Beaudoin, la chambre des enfants, des meubles de Marcel Gascoin. Ce mobilier produit en série, à l'origine du design, mérite d'être redécouvert pour sa rationalité et son exécution soignée. L'origine des « Trente Glorieuses » est ici relatée à travers les objets du quotidien : réfrigérateur, gazinière, autocuiseur, aspirateur, lave-linge, mais aussi tourne-disque, machine à écrire, vêtements, journaux et revues plongent le visiteur dans une époque ayant nourri le style de vie que nous connaissons aujourd'hui.
 
Pour plus d'informations sur Ville d'Art et d'Histoire, consultez le site de la Ville.

Les Archives municipales

Archives municipales. © Ville du Havre
Archives municipales. © Ville du Havre
Le service des Archives est installé au Fort de Tourneville depuis 1985. L'équipe est chargée d'assurer le traitement des archives de la commune et de l'intercommunalité, de leur collecte à leur communication au public.
Pour assurer la conservation des fonds, le service dispose de magasins dans lesquels plus de 4 km linéaires d'archives sont conservés.
Les archives sont communiquées à toute personne qui en fait la demande, en salle de lecture et selon les modalités définies par la loi.
 
Quels sont les publics accueillis et pourquoi vient-on aux Archives ?
  • les agents des services communaux ou intercommunaux pour assurer le fonctionnement des services publics ;
  • les citoyens ou leurs mandataires (notaires, généalogistes professionnels) pour faire valoir des droits ;
  • les simples curieux d'histoire locale et familiale, dont les généalogistes amateurs, et les chercheurs universitaires pour faire avancer la recherche essentiellement en sciences humaines.

Pour plus d'informations, consultez le site des Archives municipales.

Lire au Havre

Médiathèque de Caucriauville. © Ville du Havre / Philippe Bréard
Médiathèque de Caucriauville. © Ville du Havre / Philippe Bréard
Le réseau municipal Lire au Havre comporte des lieux de tailles très diverses répartis sur le territoire de la ville : la bibliothèque Armand Salacrou, la future bibliothèque du site Niemeyer, les bibliothèques de quartiers, les relais lecture et les stationnements du bibliobus. De 50 à 5000 m² (plus le bibliobus), ces lieux, collections et services sont gratuits et accessibles à tous. La carte Lire au Havre permet de s'inscrire à l'ensemble du réseau.

Pour plus d'informations, consultez le site Lire au Havre.