Accrochage permanent

Les mouvements d'œuvres

La vie du musée est rythmée par la vie de ses collections : certaines œuvres peuvent être prêtées, d'autres doivent être restaurées ou rester en réserve pour être préservées... Autant d'éléments qui expliquent que l'accrochage des collection en salle d'exposition évolue régulièrement.

Ainsi, pour permettre à notre exposition temporaire "Le vent. Cela qui ne peut être peint" de se déployer, une partie des collections permanentes a été exceptionnellement décrochée. Certaines de nos œuvres ne sont donc pas visibles, temporairement, mais d’autres ont été déplacées au premier étage du musée - notamment notre collection Claude Monet laissant tout le loisir de profiter en un même espace de l’intégralité des œuvres qui la compose.

CLAUDE MONET AU MUMA

Dans les années 1860, Claude Monet commence à peindre ses premiers paysages sur les bords de mer à Sainte-Adresse. L’attachement de l'artiste au Havre est sincère et se manifestera bien après son départ, alors même qu’il est devenu un maître reconnu et admiré dans le monde entier. En 1910, Monet exprime le désir d’être représenté au musée du Havre.
 
Claude MONET (1840-1926), Le parlement de Londres, effet de brouillard, 1903, huile sur toile, 81 x 92 cm. MuMa Le Havre. © MuMa Le Havre
Claude MONET (1840-1926), Le parlement de Londres, effet de brouillard, 1903, huile sur toile, 81 x 92 cm. MuMa Le Havre. © MuMa Le Havre
Il propose très généreusement de donner trois peintures choisies parmi ses dernières séries : Les Falaises de Varengeville (exposée en 1898 avec les autres œuvres de la série Falaises de Pourville et de Varengeville à la galerie Georges Petit), Le Parlement de Londres (exposée avec 36 autres toiles en 1904 à la galerie Durand-Ruel) et Les Nymphéas (exposée l’année précédente, en 1909 dans la même galerie). Ces trois toiles arrivent au Havre, toutes auréolées du prestige de ces expositions.


Olivier Senn, qui a commencé lui-même à collectionner, est le témoin de cette arrivée triomphale. Lui-même acquiert plus tard des œuvres de Monet, dont La Seine à Vétheuil (1878), donnée au MuMa par sa petite-fille, Hélène Senn-Foulds.
Claude MONET (1840-1926), Soleil d'hiver, Lavacourt, 1879-1880, huile sur toile, 55 x 81 cm. MuMa Le Havre, Musée d’art moderne André Malraux. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Soleil d'hiver, Lavacourt, 1879-1880, huile sur toile, 55 x 81 cm. MuMa Le Havre, Musée d’art moderne André Malraux. © MuMa Le Havre / David Fogel
Deux autres toiles du peintre rejoignent les collections du musée : Soleil d’hiver, Lavacourt (1879-1880) léguée en 1936 par le collectionneur havrais Charles-Auguste Marande, ami d’Olivier Senn, et Fécamp, bord de mer (1881), seule œuvre de Monet acquise par la Ville du Havre en 1994, grâce à l’aide exceptionnelle du Fonds régional d’acquisition des musées de Haute-Normandie et du Fonds du Patrimoine.

Pour en savoir +


L'intégralité de notre collection Claude Monet est visible actuellement au 1er étage du musée.

Un parcours numérique

Le MuMa vous propose un nouveau parcours de visite, au format numérique, avec comme fil rouge, le motif du disque, du cercle, du rond… clin d’œil à la lune et au soleil que les artistes ont maintes fois représentés, jouant de cette forme géométrique simple pour nous parler, parfois, de tout autre chose… 

Soleil d’hiver, Lavacourt (1879-1880) de Claude Monet y trouve ainsi toute sa place...
Un QR code visible à proximité de 5 oeuvres situées au 1er étage du musée permettra d’accéder aux contenus en ligne, bonne visite !