GUILLAUMIN, Moulin sur la Creuse

Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Moulin sur la Creuse, 1896, pastel sur papier, 47,5 x 61 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927)
Moulin sur la Creuse
1896
pastel sur papier
47,5 x 61 cm
© MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Image haute définition
Guillaumin découvre en 1892, à l’âge de cinquante et un ans le petit village de Crozant. Il est immédiatement conquis par le lieu. Tel un retour aux sources, le peintre choisit comme patrie d’adoption une région voisine de celle de son enfance passée à Moulins dans l’Allier. Désormais, Guillaumin partage son temps entre l’hiver sur la Côte d’Azur, le printemps à Paris et des séjours de plus en plus fréquents dans la Creuse. Aux pieds des derniers contreforts du Massif Central, le village de Crozant est entouré de plateaux de granit interrompus par les vallées profondes de la rivière de la Creuse et de son affluent, la Sédelle.

L’artiste aime d’emblée se confronter à ces paysages sauvages et pendant trente ans, de soir en matin, il peint le site du château féodal de Crozant, les formations rocheuses protéiformes qui l’entourent, les moulins qui ponctuent les rives de la Sédelle et la couverture végétale aux multiples variations colorées selon les saisons. Le pastel de la collection Senn représente un des nombreux moulins qui entourent le village de Crozant. Au pied de l’escarpement, sont visibles sur la droite, une petite maison d’habitation dont on devine le toit, une grange et le long de la rivière, le moulin. Il y a six moulins autour de Crozant et Guillaumin les peindra tous les six.

À l’instar de ses amis impressionnistes et particulièrement de Monet qui séjourne dans la région en 1889, Guillaumin est fasciné par le jeu de la lumière sur l’eau. Le site offre à l’artiste à la fois une forte luminosité et un espace structuré par les différents contreforts rocheux qui bordent la rivière. Il peut ainsi exprimer librement son amour pour la couleur et  procéder par contrastes colorés saisissants : les pans d’un bleu sombre de la colline au second plan se détachent sur la pureté transparente du ciel auquel répond la clarté des eaux de la rivière. Son usage des tons purs apposés en aplats dans ses pastels et dans nombre de ses peintures ainsi que cette volonté de jouer avec le papier laissé en réserve illustrent les recherches qui vont conduire l’artiste au seuil du fauvisme.

Œuvres commentées : Arts graphiques (18)

Pablo PICASSO (1881-1973), Le mendiant, 1904, aquarelle sur papier, 36 x 26 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © Succession Picasso, 2013
Edgar DEGAS (1834-1917), Étude de draperie. Étude pour Sémiramis construisant Babylone, ca. 1860-1862, graphite, pierre noire et gouache blanche, sur papier vergé gris-bleu, 32,8 x 31,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles de la FOSSE (1636-1716), Étude pour Saint Jean l'Évangéliste, sanguine rehaussée de pierre noire, traces de craie blanche, 41,7 x 23 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Femme et chien dans un paysage aux pins parasols, fusain sur papier vergé filigrané avec marque de fabrique Auguste Lepage, 24,3 x 31 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Albert MARQUET (1875-1947), Femme, enfant et homme de dos, ca. 1904, encre noire sur papier vélin, 19,5 x 27,6 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © ADAGP, Paris, 2013
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Les Bords de l’Orge à Breuillet, 1895, pastel sur papier, 60 x 47 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Odilon REDON (1840-1916), Homme de profil avec bouquet de fleurs, ca. 1880-1885, fusain avec crayon noir, estompe, traces de gommage sur papier vélin, 48,1 x 36,2 cm. Collection Senn-Foulds. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Pins maritimes, crique au Brusc, ca. 1911, pastel sur papier, 48 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Edgar DEGAS (1834-1917), Cheval de selle, ca. 1862, graphite sur papier calque, 17,8 x 28,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Edgar DEGAS (1834-1917), Marguerite Degas, ca. 1859-1860, graphite sur papier vélin, 30,1 x 23,2 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Pont sur la Sédelle, Crozant, 1896, pastel sur papier, 47 x 60 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Coucher de soleil, aquarelle sur papier vélin. © MuMa Le Havre
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Le Mourillon, 1906, aquarelle et crayon noir sur papier vélin épais, 16,9 x 24,7 cm. Collection Senn-Foulds. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Tête de femme de profil, 1878, pastel sur papier, 47 x 32 cm . © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Moulin sur la Creuse, 1896, pastel sur papier, 47,5 x 61 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Brouillard au soleil levant, 1919, pastel sur papier, 47 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Albert MARQUET (1875-1947), Femme sinueuse (recto), ca. 1904, encre de Chine sur papier vélin, 28,5 x 18,8 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © ADAGP, Paris, 2015
Eugène DELACROIX (1798-1863), Six études de chats, encre brune sur papier vélin, 18,8 x 18 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard