CROSS, Femme et chien dans un paysage...

Henri Edmond CROSS (1856-1910), Femme et chien dans un paysage aux pins parasols, fusain sur papier vergé filigrané avec marque de fabrique Auguste Lepage, 24,3 x 31 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Henri Edmond CROSS (1856-1910)
Femme et chien dans un paysage aux pins parasols
fusain sur papier vergé filigrané avec marque de fabrique Auguste Lepage
24,3 x 31 cm
© MuMa Le Havre / David Fogel
Image haute définition
En 1891, profondément marqué par la mort de Seurat, Henri-Edmond Cross (1856-1910) se rallie au mouvement néo-impressionniste. Cette même année, souffrant de rhumatismes, il quitte Paris pour se replier dans le Var, à Cabasson, où il loue la « Maison perdue ». Un an plus tard, il se fait construire un cabanon à Saint-Clair, près du Lavandou, se rapprochant ainsi de son ami Signac, installé à Saint-Tropez. La nature méditerranéenne lui offre dès lors une inépuisable source d'inspiration.

Si l'artiste peint de nombreuses toiles, il découvre aussi la technique de l'aquarelle, qui répond à son besoin de travailler plus librement et plus rapidement. Ses peintures pointillistes sont rigoureusement préparées par des séries de dessins, certains mis au carreau, d'autres comportant des indications manuscrites de couleurs, de valeurs, d'harmonies...
Cross est essentiellement connu pour son œuvre d'aquarelliste. Pourtant, comme Seurat, il pratique le dessin néo-impressionniste, dont Femme et chien dans un paysage aux pins parasols est l'un des exemples les plus accomplis. Cette technique consiste à frotter très doucement un papier vergé – papier épais qui garde la trace de son procédé de fabrication – à l'aide d'un crayon gras (crayon Conté) dont la poudre noire accroche la feuille de manière irrégulière, ce qui a pour effet de faire vibrer la surface. Le crayon ne sert pas à dessiner des contours, mais à faire apparaître des formes et à les lier entre elles grâce à un continuum dans le clair-obscur.

D'une très grande sobriété, ce dessin capte l'essence de la nature méditerranéenne, baignée d'une lumière qui irradie tout ce qu'elle touche. Dépourvue d'ombre, la femme en train de marcher semble en état de subtile apesanteur sur un sol lumineux et vierge. Route ou chemin, le large premier plan vide met la scène à distance, renvoyant le personnage à une sorte de solitude détachée et silencieuse. Tout concourt à un sentiment de profonde quiétude, d'un moment non pas figé dans le temps, mais saisi dans le paisible ralenti d'une harmonie parfaite entre l'homme et la nature.

Œuvres commentées : Arts graphiques (18)

Pablo PICASSO (1881-1973), Le mendiant, 1904, aquarelle sur papier, 36 x 26 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © Succession Picasso, 2013
Edgar DEGAS (1834-1917), Étude de draperie. Étude pour Sémiramis construisant Babylone, ca. 1860-1862, graphite, pierre noire et gouache blanche, sur papier vergé gris-bleu, 32,8 x 31,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles de la FOSSE (1636-1716), Étude pour Saint Jean l'Évangéliste, sanguine rehaussée de pierre noire, traces de craie blanche, 41,7 x 23 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Femme et chien dans un paysage aux pins parasols, fusain sur papier vergé filigrané avec marque de fabrique Auguste Lepage, 24,3 x 31 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Albert MARQUET (1875-1947), Femme, enfant et homme de dos, ca. 1904, encre noire sur papier vélin, 19,5 x 27,6 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © ADAGP, Paris, 2013
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Les Bords de l’Orge à Breuillet, 1895, pastel sur papier, 60 x 47 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Odilon REDON (1840-1916), Homme de profil avec bouquet de fleurs, ca. 1880-1885, fusain avec crayon noir, estompe, traces de gommage sur papier vélin, 48,1 x 36,2 cm. Collection Senn-Foulds. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Pins maritimes, crique au Brusc, ca. 1911, pastel sur papier, 48 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Edgar DEGAS (1834-1917), Cheval de selle, ca. 1862, graphite sur papier calque, 17,8 x 28,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Edgar DEGAS (1834-1917), Marguerite Degas, ca. 1859-1860, graphite sur papier vélin, 30,1 x 23,2 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Pont sur la Sédelle, Crozant, 1896, pastel sur papier, 47 x 60 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Coucher de soleil, aquarelle sur papier vélin. © MuMa Le Havre
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Le Mourillon, 1906, aquarelle et crayon noir sur papier vélin épais, 16,9 x 24,7 cm. Collection Senn-Foulds. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Tête de femme de profil, 1878, pastel sur papier, 47 x 32 cm . © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Moulin sur la Creuse, 1896, pastel sur papier, 47,5 x 61 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Brouillard au soleil levant, 1919, pastel sur papier, 47 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Albert MARQUET (1875-1947), Femme sinueuse (recto), ca. 1904, encre de Chine sur papier vélin, 28,5 x 18,8 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © ADAGP, Paris, 2015
Eugène DELACROIX (1798-1863), Six études de chats, encre brune sur papier vélin, 18,8 x 18 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard