GUILLAUMIN, Brouillard au soleil levant

Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Brouillard au soleil levant, 1919, pastel sur papier, 47 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927)
Brouillard au soleil levant
1919
pastel sur papier
47 x 62 cm
© MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Image haute définition
La guerre terminée, Guillaumin reprend ses anciennes habitudes de voyage. En juin 1919, à l’âge de soixante-dix-huit ans, il passe la fin de l’hiver à Agay et y reste de février à juin. Après ce séjour de quatre mois sur la côte Méditerranéenne, Guillaumin rejoint Crozant où il demeure jusqu’à l’hiver suivant. Le plein été voit la campagne se départir de ses couleurs : « Cette année, les bruyères sont encore moins fleuries que l’an passé. Je ne travaille toujours pas beaucoup et cependant je crois que le temps va revenir au beau, mais Dieu de Dieu quelles couleurs ! »

Alors que Guillaumin indique souvent dans la partie inférieure de son dessin le lieu représenté, il privilégie ici l’effet et précise le moment du jour et l’atmosphère qu’il veut rendre. Depuis ses années parisiennes, il apprécie tout particulièrement l’aurore et le crépuscule. Infatigable arpenteur des sentiers de la Creuse, il n’hésite pas à se lever au petit matin afin de capter l’effet voulu. Après 1916, sa palette devient de plus en plus tendre et la tonalité générale de ses compositions s’éclaircit. Guillaumin écrit le 2 août 1916 : « Le temps est magnifique depuis notre arrivée ici. J’en profite pour travailler. Je me lève le matin à 4h1/2 et je bûche jusqu’à 9 heures. Il y a eu des effets de brouillards épatants. Les matinées sont exquises. »

Ce pastel tardif aux tonalités douces et harmonieuses est travaillé à l’estompe, le contour des choses disparaît noyé dans la brume matinale. Dans un lyrisme pur, l’artiste capte l’aspect éphémère de la lumière de l’aube. Dans sa quête d’absolu, Guillaumin se place dans la descendance directe du paysage romantique reflet de l’âme de l’artiste.

Œuvres commentées : Arts graphiques (18)

Pablo PICASSO (1881-1973), Le mendiant, 1904, aquarelle sur papier, 36 x 26 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © Succession Picasso, 2013
Edgar DEGAS (1834-1917), Étude de draperie. Étude pour Sémiramis construisant Babylone, ca. 1860-1862, graphite, pierre noire et gouache blanche, sur papier vergé gris-bleu, 32,8 x 31,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles de la FOSSE (1636-1716), Étude pour Saint Jean l'Évangéliste, sanguine rehaussée de pierre noire, traces de craie blanche, 41,7 x 23 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Femme et chien dans un paysage aux pins parasols, fusain sur papier vergé filigrané avec marque de fabrique Auguste Lepage, 24,3 x 31 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Albert MARQUET (1875-1947), Femme, enfant et homme de dos, ca. 1904, encre noire sur papier vélin, 19,5 x 27,6 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © ADAGP, Paris, 2013
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Les Bords de l’Orge à Breuillet, 1895, pastel sur papier, 60 x 47 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Odilon REDON (1840-1916), Homme de profil avec bouquet de fleurs, ca. 1880-1885, fusain avec crayon noir, estompe, traces de gommage sur papier vélin, 48,1 x 36,2 cm. Collection Senn-Foulds. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Pins maritimes, crique au Brusc, ca. 1911, pastel sur papier, 48 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Edgar DEGAS (1834-1917), Cheval de selle, ca. 1862, graphite sur papier calque, 17,8 x 28,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Edgar DEGAS (1834-1917), Marguerite Degas, ca. 1859-1860, graphite sur papier vélin, 30,1 x 23,2 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Pont sur la Sédelle, Crozant, 1896, pastel sur papier, 47 x 60 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Coucher de soleil, aquarelle sur papier vélin. © MuMa Le Havre
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Le Mourillon, 1906, aquarelle et crayon noir sur papier vélin épais, 16,9 x 24,7 cm. Collection Senn-Foulds. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Tête de femme de profil, 1878, pastel sur papier, 47 x 32 cm . © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Moulin sur la Creuse, 1896, pastel sur papier, 47,5 x 61 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Brouillard au soleil levant, 1919, pastel sur papier, 47 x 62 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Albert MARQUET (1875-1947), Femme sinueuse (recto), ca. 1904, encre de Chine sur papier vélin, 28,5 x 18,8 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard — © ADAGP, Paris, 2015
Eugène DELACROIX (1798-1863), Six études de chats, encre brune sur papier vélin, 18,8 x 18 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard