CROSS, Plage de la Vignasse, les Îles d'Or

Henri Edmond CROSS (1856-1910), Plage de la Vignasse, les Îles d'Or, 1891-1892, huile sur toile, 65,5 x 92,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Henri Edmond CROSS (1856-1910)
Plage de la Vignasse, les Îles d'Or
1891-1892
huile sur toile
65,5 x 92,2 cm
© MuMa Le Havre / David Fogel
Image haute définition
Commentaire audioguide
L'année 1891, qui est celle de la mort de Seurat, est décisive dans la vie et l'œuvre d'Henri-Edmond Cross (1856-1910), dont elle marque le ralliement au mouvement néo-impressionniste. Se rapprochant de son ami Signac, c'est aussi à cette date qu'il quitte Paris pour s'installer à Saint-Clair, dans le Var. Il y découvre avec bonheur la nature méditerranéenne, qui devient la source sans cesse renouvelée de son inspiration.

Plage de la Vignasse, les îles d'or fait partie d'une série de cinq paysages de cette région présentés au Salon des Indépendants de 1892. Cross utilise la technique du pointillisme, inventée par Seurat, qui consiste à peindre par petites touches des points de couleurs primaires (rouge, bleu, jaune) et complémentaires (orange, violet, vert), sur le principe du mélange optique.

Au premier plan, les ombres mauves des buissons produites par le soleil estival se fondent dans les couleurs rose et or du sable. Cross concentre un jeu de lumière sur la mer qui s'étend jusqu'aux pointes des îles de Porquerolles et de Port-Cros, surnommées les « îles d'or ». La ligne d'horizon repoussée vers le haut du tableau, la simplicité apparente et la stylisation s'inspirent des estampes japonaises.

Pendant vingt ans, Henri-Edmond Cross tentera par de multiples expériences d'ensoleiller ses œuvres de couleurs intenses et pures, ce qui contribuera à inspirer les peintres fauves à l'aube du XXe siècle.

L'artiste meurt prématurément en 1910 et son atelier n'est dispersé en vente publique que onze ans plus tard. À cette occasion, le collectionneur havrais Olivier Senn, qui a déjà acheté quelques aquarelles de Cross, se porte acquéreur de cette toile importante ainsi que d'un ensemble très conséquent de dessins, d'esquisses peintes et d'aquarelles, tous entrés en 2004 dans le fonds du MuMa grâce à la donation Senn-Foulds.

Œuvres commentées : Après l’impressionnisme (16)

Félix VALLOTTON (1865-1925), La Valse, 1893, huile sur toile, 61 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Plage de la Vignasse, les Îles d'Or, 1891-1892, huile sur toile, 65,5 x 92,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Édouard VUILLARD (1868-1940), Enfants lisant, 1906, huile sur carton, 14,5 x 26 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre BONNARD (1867-1947), Intérieur au balcon, 1919, huile sur toile, 52 x 77 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel — © ADAGP, Paris, 2013
Paul SÉRUSIER (1864-1927), Le Berger Corydon, 1913, huile sur toile, 73 x 99 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules Léon FLANDRIN (1871-1947), La Pavlova et Nijinsky, 1909, huile sur carton, 52 x 67,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn — © ADAGP, Paris, 2015
Charles COTTET (1863-1925), Venise, ca.1895-1896, huile sur toile, 73,2 x 92,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles COTTET (1863-1925), Montagne, ca. 1900-1910, huile sur carton, 53 x 74 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Félix VALLOTTON (1865-1925), Le Haut-de-forme, intérieur ou La Visite, 1887, huile sur toile, 32,7 x 24,8 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Félix VALLOTTON (1865-1925), Pont à la romaine à Cagnes, 1923, huile sur toile, 73,5 x 60 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles COTTET (1863-1925), Village soudanais (Assouan 1895), 1895, huile sur papier marouflé sur panneau, 32,3 x 41,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931), Bouquet de fleurs des champs, huile sur toile, 61,5 x 38 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931), Saint-Trojan, terrasse, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Paul SÉRUSIER (1864-1927), La Colline aux peupliers, 1907, huile sur toile, 73,3 x 54,4 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Paul SÉRUSIER (1864-1927), Nature morte aux roseaux ou Primevères et maïs, 1904, huile sur toile, 60,5 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Félix VALLOTTON (1865-1925), Nature morte aux pommes, 1910, huile sur toile, 38 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel