LAPRADE, Bouquet de fleurs des champs

Pierre LAPRADE (1875-1931), Bouquet de fleurs des champs, huile sur toile, 61,5 x 38 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931)
Bouquet de fleurs des champs
huile sur toile
61,5 x 38 cm
© MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Image haute définition
« Personne n’a compris comme lui la poésie d’un bouquet. Ses épis d’or sombre, ses fleurs des champs, ses citrons pâles et acides brodent de tons francs, verts et jaunes crus, roses vivants, bleus immatériels, la brume grise de ses fonds. Et ses gris variés à l’infini se nuancent de toutes les subtilités que peut percevoir l’œil humain. » Quand les fleurs n’encadrent pas en guirlandes les vastes paysages ou les jardins de Laprade, elles prennent place dans un vase sur fond neutre, simple nature morte.
 
Dans Bouquet de fleurs des champs, le vase est  en verre, sobre, et sa transparence laisse pénétrer les tonalités de gris nuancées du mur. La touche est fine et délicate pour décrire la légèreté des campanules et des anémones, irisées d’une douce lumière. Le violet de leurs pétales semble pénétrer les harmonies de gris de l’arrière-plan. Seuls quelques empâtements de blanc donnent forme aux marguerites placées au centre du bouquet. Ses blancs lumineux  animent également de reflets le vase en lui donnant  toute sa matérialité.
 
Laprade arrange et conjugue ses fleurs entre elles en des  bouquets pleins de grâce et de noblesse. « Les fleurs champêtres, les coquelicots, les bleuets, les roses simples mêlées aux blés, qu’il a aimés, ne sont pas des bouquets de nature, mais des bouquets de salon. Il ne se contente pas de les planter brutalement dans un pot de cuivre ou de grès, comme Vlaminck, il les dispose avec art dans une vieille faïence de Rouen. Toute l’œuvre de Laprade, mélancolique et rêveuse révèle une âme de poète. »

Œuvres commentées : Après l’impressionnisme (16)

Félix VALLOTTON (1865-1925), La Valse, 1893, huile sur toile, 61 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Plage de la Vignasse, les Îles d'Or, 1891-1892, huile sur toile, 65,5 x 92,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Édouard VUILLARD (1868-1940), Enfants lisant, 1906, huile sur carton, 14,5 x 26 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre BONNARD (1867-1947), Intérieur au balcon, 1919, huile sur toile, 52 x 77 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel — © ADAGP, Paris, 2013
Paul SÉRUSIER (1864-1927), Le Berger Corydon, 1913, huile sur toile, 73 x 99 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules Léon FLANDRIN (1871-1947), La Pavlova et Nijinsky, 1909, huile sur carton, 52 x 67,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn — © ADAGP, Paris, 2015
Charles COTTET (1863-1925), Venise, ca.1895-1896, huile sur toile, 73,2 x 92,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles COTTET (1863-1925), Montagne, ca. 1900-1910, huile sur carton, 53 x 74 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Félix VALLOTTON (1865-1925), Le Haut-de-forme, intérieur ou La Visite, 1887, huile sur toile, 32,7 x 24,8 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Félix VALLOTTON (1865-1925), Pont à la romaine à Cagnes, 1923, huile sur toile, 73,5 x 60 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles COTTET (1863-1925), Village soudanais (Assouan 1895), 1895, huile sur papier marouflé sur panneau, 32,3 x 41,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931), Bouquet de fleurs des champs, huile sur toile, 61,5 x 38 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931), Saint-Trojan, terrasse, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Paul SÉRUSIER (1864-1927), La Colline aux peupliers, 1907, huile sur toile, 73,3 x 54,4 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Paul SÉRUSIER (1864-1927), Nature morte aux roseaux ou Primevères et maïs, 1904, huile sur toile, 60,5 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Félix VALLOTTON (1865-1925), Nature morte aux pommes, 1910, huile sur toile, 38 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel