SÉRUSIER, Le Berger Corydon

Paul SÉRUSIER (1864-1927), Le Berger Corydon, 1913, huile sur toile, 73 x 99 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Paul SÉRUSIER (1864-1927)
Le Berger Corydon
1913
huile sur toile
73 x 99 cm
© MuMa Le Havre / David Fogel
Image haute définition
Commentaire audioguide
En 1888, sous la direction de Paul Gauguin, Paul Sérusier (1864-1927) peint Le Talisman, toile fondatrice du groupe des nabis, qui exprime l'esthétique du mouvement : formes synthétiques, peinture plane, couleurs pures, refus des codes du réalisme et de la perspective.

Familier des compositions mythologiques, que sa profonde culture lui permet de traiter avec subtilité, Sérusier illustre, avec Le Berger Corydon, une scène tirée des Bucoliques de Virgile, suite de poèmes relatant les plaisirs de la vie pastorale et la passion contrariée du berger Corydon pour un jeune garçon, Alexis, au service d'un autre maître.

L'artiste transpose cet épisode dans la campagne bretonne, sa terre d'adoption. Dans ce paysage verdoyant, Sérusier s'autorise quelques libertés en n'hésitant pas notamment à introduire des vaches, animaux étrangers au récit de Virgile. La scène est composée et rythmée de masses simples : personnages tout d'une pièce, arbre central stylisé, flèches droites des peupliers que soulignent des buissons sphériques. L'étrange silhouette de l'arbre roux, sorte de pivot de la composition, se prête à bien des interprétations (notamment celle qui y voit la personnification du dieu Pan), mais toutes restent à ce jour ouvertes. La palette de couleurs se limite à trois teintes : le bleu du paletot d'Alexis, les dégradés de vert ponctués de pointes roses des pâturages et des peupliers, enfin, l'orange de l'arbre central.

Fidèle au texte de VirgileSérusier peint le dédain d'Alexis à l'égard du berger (il se détourne de lui et semble s'éloigner), mais insiste sur le caractère rustique et fruste de la scène. Surnommé par ses amis « le nabi à la barbe rutilante », Sérusier se serait portraituré sous les traits du berger. Quoique relatant des amours malheureuses, le peintre cherche davantage à traduire ici le recueillement et la sérénité du paysage selon l'idéal d'harmonie auquel il tend dans sa peinture.

Œuvres commentées : Après l’impressionnisme (16)

Félix VALLOTTON (1865-1925), La Valse, 1893, huile sur toile, 61 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Henri Edmond CROSS (1856-1910), Plage de la Vignasse, les Îles d'Or, 1891-1892, huile sur toile, 65,5 x 92,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Édouard VUILLARD (1868-1940), Enfants lisant, 1906, huile sur carton, 14,5 x 26 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre BONNARD (1867-1947), Intérieur au balcon, 1919, huile sur toile, 52 x 77 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel — © ADAGP, Paris, 2013
Paul SÉRUSIER (1864-1927), Le Berger Corydon, 1913, huile sur toile, 73 x 99 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules Léon FLANDRIN (1871-1947), La Pavlova et Nijinsky, 1909, huile sur carton, 52 x 67,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn — © ADAGP, Paris, 2015
Charles COTTET (1863-1925), Venise, ca.1895-1896, huile sur toile, 73,2 x 92,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles COTTET (1863-1925), Montagne, ca. 1900-1910, huile sur carton, 53 x 74 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Félix VALLOTTON (1865-1925), Le Haut-de-forme, intérieur ou La Visite, 1887, huile sur toile, 32,7 x 24,8 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Félix VALLOTTON (1865-1925), Pont à la romaine à Cagnes, 1923, huile sur toile, 73,5 x 60 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Charles COTTET (1863-1925), Village soudanais (Assouan 1895), 1895, huile sur papier marouflé sur panneau, 32,3 x 41,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931), Bouquet de fleurs des champs, huile sur toile, 61,5 x 38 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre LAPRADE (1875-1931), Saint-Trojan, terrasse, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Paul SÉRUSIER (1864-1927), La Colline aux peupliers, 1907, huile sur toile, 73,3 x 54,4 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Paul SÉRUSIER (1864-1927), Nature morte aux roseaux ou Primevères et maïs, 1904, huile sur toile, 60,5 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Félix VALLOTTON (1865-1925), Nature morte aux pommes, 1910, huile sur toile, 38 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel