MONET, La Seine à Vétheuil

Claude MONET (1840-1926), La Seine à Vétheuil, 1878, huile sur toile, 50, 5  x 61,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926)
La Seine à Vétheuil
1878
huile sur toile
50, 5  x 61,5 cm
© MuMa Le Havre / David Fogel
Image haute définition
Commentaire audioguide
Au cours de l’été 1878, Monet, contraint par ses difficultés financières, quitte Paris pour Vétheuil. Il s’installe dans une petite maison sur la route de Mantes avec sa famille, son épouse Camille et ses deux fils, mais également la famille Hoschedé. « J’ai planté ma tente au bord de la Seine à Vétheuil dans un endroit ravissant » Monet se met à peindre avec acharnement pour proposer des toiles à ses plus fidèles soutiens, le docteur Georges de Bellio et Caillebotte qui recherchent pour lui des clients et les emmènent dans l’atelier que Caillebotte loue pour l’artiste rue de Vintimille.

Du flâneur baudelairien dans Paris au peintre de la modernité à Argenteuil, Monet se retrouve là, face à des paysages ruraux, spectateur solitaire renouant avec les peintures de Barbizon. Les tableaux peints dès son arrivée sont empreints d’une tristesse à laquelle l’inquiétude causée par la santé chancelante de Camille n’est sans doute pas étrangère. Bien que ses rêves de travail et de bonheur laissent peu à peu la place au découragement, il participera en 1879 à la IVe Exposition impressionniste pour, dit-il, ne pas passer pour un lâcheur.

À Vétheuil, la Seine sillonnée par les péniches est un axe majeur de commerce fluvial. La série d’îles crée un rideau qui isole le bourg de la navigation. En septembre 1878, Monet va s’attarder sur ce bras de la Seine, vue des berges ou de son bateau-atelier. Ce petit bras de la Seine à Vétheuil est peint en aval du village, entre les îles de Moisson.

La lumière blonde du matin transfigure un début d’automne. La surface du tableau, véritablement vibratoire, est animée d’une touche déjà expérimentée à Argenteuil. Fragmentée dans les frondaisons portées par l’horizon, elle s’étire légèrement dans le reflet symétrique. Le miroir de l’eau inverse, dans un glacis à peine plus transparent, l’animation tranquille d’un ciel d’été finissant. Seules les touches larges et rapides des nuages encore hauts s’amoncèlent, comme une préfiguration des sombres jours à venir.

Œuvres commentées : Impressionnisme (24)

Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Quai à Honfleur, 1866, huile sur toile, 32,5 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Paysage de neige à Crozant, vers 1895, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Soleil d'hiver, Lavacourt, 1879-1880, huile sur toile, 55 x 81 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Les Nymphéas, 1904, huile sur toile, 89 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Le Parlement de Londres, 1903, huile sur toile, 81 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, soleil, marée montante, 1903, huile sur toile, 54,5 x 65 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de Nini Lopez, 1876, huile sur toile, 54 x 39 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Alfred SISLEY (1839-1899), Le Loing à Saint-Mammès, 1885, huile sur toile, 55 x 73,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Après le bain, femme s'essuyant, ca. 1884-1886 / 1890 / 1900, pastel sur papier vélin, 40,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Édouard MANET (1832-1883), Bateaux en mer, soleil couchant, ca. 1868, huile sur toile, 43 x 94 cmŒuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée en 1961 par l'Etat ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. MNR 873. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Les Blanchisseuses, ca. 1870-1872, huile sur toile, 15 x 21 cm. © Ministère de la Culture et de la Communication / Didier Plowy
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), L'Excursionniste, ca. 1888, huile sur toile, 61,5 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Seine à Samois, ca. 1898, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Camille PISSARRO (1831-1903), Statue d’Henri IV et hôtel de la Monnaie, matin, soleil, 1901, huile sur toile, 46 x 55 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Creuse à Crozant, ca. 1893, huile sur toile, 60 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules CHÉRET (1836-1932), Femme en noir au manchon, ca. 1885, huile sur toile, 33 x 25 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Claude MONET (1840-1926), La Seine à Vétheuil, 1878, huile sur toile, 50, 5  x 61,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Un carrefour à l'Hermitage, Pontoise, 1876, huile sur toile, 38,5 x 46,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Quai du Pothuis, bords de l’Oise, 1882, huile sur toile, 46,3 x 55,3 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Soleil levant à Éragny, 1894, huile sur toile, 38,3 x 46 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Femme vue de dos, ca. 1875-1879, huile sur toile, 27,1 x 22,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Baie de Salerne ou Paysage du midi, 1881, huile sur toile, 46 x 55,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Pins à Cagnes, ca. 1919, huile sur toile marouflée sur carton bouilli, 31,5 x 38,7 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Paris, le pont Marie et le quai des Célestins, 1874, huile sur bois, 23,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn