CHÉRET, Femme en noir au manchon

Jules CHÉRET (1836-1932), Femme en noir au manchon, ca. 1885, huile sur toile, 33 x 25 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Jules CHÉRET (1836-1932)
Femme en noir au manchon
ca. 1885
huile sur toile
33 x 25 cm
© MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Image haute définition
Jules Chéret, dont Gustave Geffroy affirmait qu’il avait « élevé l’affiche au rang de peinture murale », pratique la peinture durant ses loisirs jusqu’en 1900, date à laquelle il s’y consacre de plus en plus. D’un caractère gai et agréable, qui transparaît dans son œuvre, il a su créer un certain idéal de la Parisienne Belle Époque. Ce proche des impressionnistes excelle à restituer la magie scintillante de la vie nocturne parisienne.

La Femme en noir au manchon offre le parfait exemple de cet art, fait d’élégance et de suggestion. La silhouette de la jeune femme se détache en ombre chinoise selon un mouvement dynamique qu’accentue l’ombre fuyante et coupée d’un promeneur sur la gauche du tableau. Ce cadrage, qui le rapproche de ses amis Toulouse-Lautrec et Degas, associé au vif miroitement des lumières de la ville, lui permet de traduire la vie fugace et trépidante des Grands Boulevards. Sous la voilette de l’élégante se devinent un nez mutin et une bouche spirituelle que relève un regard malicieux.

Cependant, le traitement plutôt sombre de la toile peut surprendre chez un artiste qui privilégie habituellement des compositions plus aérées et d’un trait plus nerveux. Le parti adopté pour ce tableau évoque volontiers les esquisses de son contemporain Jean Béraud, qui aborda le même genre de sujets que Chéret. Cette œuvre atypique montre chez Olivier Senn le souci d’élargir sa collection à ces épigones de l’impressionnisme qui, par la vitalité et l’inventivité de leur art, ont su influencer la génération postimpressionniste.

Peintre et lithographe de la légèreté et de la futilité des plaisirs parisiens, Jules Chéret a su se distinguer par un maniement habile des couleurs primaires que retiendront Seurat et Cross et par la qualité synthétique d’un dessin qui influence jusqu’aux recherches cloisonnistes de Gauguin et Bernard. La Femme en noir au manchon établit ainsi une passerelle entre les œuvres purement impressionnistes de sa collection et les toiles de Cross, Sérusier, Bonnard ou Vallotton.

Œuvres commentées : Impressionnisme (24)

Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Quai à Honfleur, 1866, huile sur toile, 32,5 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Paysage de neige à Crozant, vers 1895, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Soleil d'hiver, Lavacourt, 1879-1880, huile sur toile, 55 x 81 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Les Nymphéas, 1904, huile sur toile, 89 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Le Parlement de Londres, 1903, huile sur toile, 81 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, soleil, marée montante, 1903, huile sur toile, 54,5 x 65 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de Nini Lopez, 1876, huile sur toile, 54 x 39 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Alfred SISLEY (1839-1899), Le Loing à Saint-Mammès, 1885, huile sur toile, 55 x 73,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Après le bain, femme s'essuyant, ca. 1884-1886 / 1890 / 1900, pastel sur papier vélin, 40,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Édouard MANET (1832-1883), Bateaux en mer, soleil couchant, ca. 1868, huile sur toile, 43 x 94 cmŒuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée en 1961 par l'Etat ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. MNR 873. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Les Blanchisseuses, ca. 1870-1872, huile sur toile, 15 x 21 cm. © Ministère de la Culture et de la Communication / Didier Plowy
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), L'Excursionniste, ca. 1888, huile sur toile, 61,5 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Seine à Samois, ca. 1898, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Camille PISSARRO (1831-1903), Statue d’Henri IV et hôtel de la Monnaie, matin, soleil, 1901, huile sur toile, 46 x 55 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Creuse à Crozant, ca. 1893, huile sur toile, 60 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules CHÉRET (1836-1932), Femme en noir au manchon, ca. 1885, huile sur toile, 33 x 25 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Claude MONET (1840-1926), La Seine à Vétheuil, 1878, huile sur toile, 50, 5  x 61,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Un carrefour à l'Hermitage, Pontoise, 1876, huile sur toile, 38,5 x 46,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Quai du Pothuis, bords de l’Oise, 1882, huile sur toile, 46,3 x 55,3 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Soleil levant à Éragny, 1894, huile sur toile, 38,3 x 46 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Femme vue de dos, ca. 1875-1879, huile sur toile, 27,1 x 22,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Baie de Salerne ou Paysage du midi, 1881, huile sur toile, 46 x 55,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Pins à Cagnes, ca. 1919, huile sur toile marouflée sur carton bouilli, 31,5 x 38,7 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Paris, le pont Marie et le quai des Célestins, 1874, huile sur bois, 23,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn