MANET, Bateaux en mer, soleil couchant

Édouard MANET (1832-1883), Bateaux en mer, soleil couchant, ca. 1868, huile sur toile, 43 x 94 cmŒuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée en 1961 par l'Etat ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. MNR 873. © MuMa Le Havre / David Fogel
Édouard MANET (1832-1883)
Bateaux en mer, soleil couchant
ca. 1868
huile sur toile
43 x 94 cm
Œuvre récupérée à la fin de la 
Seconde Guerre mondiale, 
déposée en 1961 par l'Etat ; 
en attente de sa restitution 
à ses légitimes propriétaires. 
MNR 873
© MuMa Le Havre / David Fogel
Image haute définition
Commentaire audioguide
Refusant de suivre les études de droit souhaitées par son père et après un échec dans la carrière d'officier de marine, Édouard Manet (1832-1883) entre en 1850 dans l'atelier de Thomas Couture, où il commence sa formation de peintre. Refusé par les expositions officielles, le jeune artiste joue un rôle de premier plan dans la « bohème élégante » de Paris, ou il fréquente les peintres Fantin-Latour et Degas, qui lui apportent leur soutien, et des hommes de lettres comme le poète Baudelaire ou le romancier Zola, dont il peint un portrait resté fameux. Manet accueille avec enthousiasme la création du Salon des Refusés, où il peut exposer en 1863 son très célèbre Déjeuner sur l'herbe et deux ans plus tard Olympia.

Entre 1868 et 1873, Manet passe souvent l'été sur la côte normande, qu'il connaît bien depuis sa jeunesse. Il y peint de nombreuses marines, à Boulogne-sur-Mer en 1868, 1869 et 1871 et à Berck-sur-Mer en 1873. Avec son format oblong et son style épuré, Bateaux en mer, soleil couchant de 1868 est une œuvre singulière. La composition est reprise de la partie supérieure d'une étude à l'aquarelle aujourd'hui conservée à Bâle. Accentuant l'horizontalité de l'ensemble, Manet ajoute dans la peinture un bateau en haut à droite. Mais il coupe le motif principal et rejette hors du champ du tableau la coque du bateau qui se trouve au premier plan et qui est visible intégralement sur l'étude préparatoire. La continuité du plan d'eau et du ciel, noyé dans un camaïeu de gris délicats, interdit toute illusion de profondeur. Seuls les bateaux esquissent leurs silhouettes transparentes dans un subtil contre-jour.

Bateaux en mer, soleil couchant trahit l'influence des estampes japonaises révélées lors de l'Exposition universelle de 1867. Le pavillon japonais de l'exposition consacre cette mode et les estampes d'Hiroshige ou le manga de Hokusai – le carnet de croquis dans lequel l'artiste croque des scènes de la vie quotidienne au Japon – contribuent au renouvellement du regard occidental. L'engouement des collectionneurs et des écrivains pour l'art japonais ne peut qu'influencer un artiste comme Manet, en rupture avec l'art officiel de son temps. Manet ouvre un espace lumineux au rayonnement diffus qui n'est pas sans évoquer les harmonies colorées de Whistler, également adepte de l'art japonais.

Site Rose-Valland, Musées Nationaux Récupération

Œuvres commentées : Impressionnisme (24)

Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Quai à Honfleur, 1866, huile sur toile, 32,5 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Paysage de neige à Crozant, vers 1895, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Soleil d'hiver, Lavacourt, 1879-1880, huile sur toile, 55 x 81 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Les Nymphéas, 1904, huile sur toile, 89 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Le Parlement de Londres, 1903, huile sur toile, 81 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, soleil, marée montante, 1903, huile sur toile, 54,5 x 65 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de Nini Lopez, 1876, huile sur toile, 54 x 39 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Alfred SISLEY (1839-1899), Le Loing à Saint-Mammès, 1885, huile sur toile, 55 x 73,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Après le bain, femme s'essuyant, ca. 1884-1886 / 1890 / 1900, pastel sur papier vélin, 40,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Édouard MANET (1832-1883), Bateaux en mer, soleil couchant, ca. 1868, huile sur toile, 43 x 94 cmŒuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée en 1961 par l'Etat ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. MNR 873. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Les Blanchisseuses, ca. 1870-1872, huile sur toile, 15 x 21 cm. © Ministère de la Culture et de la Communication / Didier Plowy
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), L'Excursionniste, ca. 1888, huile sur toile, 61,5 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Seine à Samois, ca. 1898, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Camille PISSARRO (1831-1903), Statue d’Henri IV et hôtel de la Monnaie, matin, soleil, 1901, huile sur toile, 46 x 55 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Creuse à Crozant, ca. 1893, huile sur toile, 60 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules CHÉRET (1836-1932), Femme en noir au manchon, ca. 1885, huile sur toile, 33 x 25 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Claude MONET (1840-1926), La Seine à Vétheuil, 1878, huile sur toile, 50, 5  x 61,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Un carrefour à l'Hermitage, Pontoise, 1876, huile sur toile, 38,5 x 46,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Quai du Pothuis, bords de l’Oise, 1882, huile sur toile, 46,3 x 55,3 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Soleil levant à Éragny, 1894, huile sur toile, 38,3 x 46 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Femme vue de dos, ca. 1875-1879, huile sur toile, 27,1 x 22,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Baie de Salerne ou Paysage du midi, 1881, huile sur toile, 46 x 55,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Pins à Cagnes, ca. 1919, huile sur toile marouflée sur carton bouilli, 31,5 x 38,7 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Paris, le pont Marie et le quai des Célestins, 1874, huile sur bois, 23,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn