SISLEY, Le Loing à Saint-Mammès

Alfred SISLEY (1839-1899), Le Loing à Saint-Mammès, 1885, huile sur toile, 55 x 73,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Alfred SISLEY (1839-1899)
Le Loing à Saint-Mammès
1885
huile sur toile
55 x 73,2 cm
© MuMa Le Havre / David Fogel
Image haute définition
Commentaire audioguide
Né à Paris dans une famille d'origine anglaise, Alfred Sisley (1839-1899) est envoyé au Royaume-Uni à l'âge de dix-huit ans. C'est là qu'il découvre, avant les futurs impressionnistes, l'œuvre de Turner, largement exposée à Londres, et celle de Constable, autre maître incontesté du paysage anglais. Très vite, des difficultés financières persistantes l'amènent à vivre dans les environs de Paris, d'abord à Louveciennes, puis à Marly. Après 1880, il s'installe dans la région de Moret-sur-Loing, où il demeurera jusqu'à sa mort.

De 1882 à 1885, Sisley explore les bords du Loing. Entre Moret, ville médiévale de campagne, et Saint-Mammès, réputée pour ses constructions de bateaux et ses activités traditionnelles, Sisley multiplie les points de vue. En 1885, le groupe de maisons situé près des écluses mobilise son attention et lui fournit le motif d'un ensemble de compositions assimilable à une série. Sisley procède à un relevé systématique des lieux, qu'il consigne dans ses carnets de dessins et annote de détails techniques. Malgré l'ambiguïté du titre donné au tableau – Le Loing à Saint-Mammès –, Sisley semble s'être posté à l'exacte confluence de la rivière et de la Seine, sur la berge du Loing, le regard balayant le fleuve et la petite ville.

Protagoniste essentiel de ce paysage, le ciel absorbe les deux tiers de la composition. Comme Constable lorsqu'il se livre à une étude systématique des types de nuages, Sisley attribue un rôle « architectural » au ciel, dont les différents plans contribuent à donner de la profondeur à son tableau. Dans le magistral « avant-plan » de la berge, véritable espace d'abstraction pure, l'artiste projette l'ombre portée des nuages en touches libres et énergiques, comme sur une palette de couleurs. Chaque plan est animé d'une touche caractéristique : touche enlevée et somptueuse pour la berge, aplats structurés des maisons, légèreté vibrante de la végétation, transparence du ciel.

Dans les années 1880, Sisley, comme les impressionnistes, s'interroge sur les propriétés inhérentes à la couleur. Sa réponse consistera à accentuer chaque teinte et à mettre au point une gamme chromatique que l'on retrouvera en 1897 dans ses vues côtières du pays de Galles.

Œuvres commentées : Impressionnisme (24)

Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Quai à Honfleur, 1866, huile sur toile, 32,5 x 46 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), Paysage de neige à Crozant, vers 1895, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Soleil d'hiver, Lavacourt, 1879-1880, huile sur toile, 55 x 81 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Les Nymphéas, 1904, huile sur toile, 89 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Claude MONET (1840-1926), Le Parlement de Londres, 1903, huile sur toile, 81 x 92 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), L'Anse des Pilotes, Le Havre, matin, soleil, marée montante, 1903, huile sur toile, 54,5 x 65 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Portrait de Nini Lopez, 1876, huile sur toile, 54 x 39 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Alfred SISLEY (1839-1899), Le Loing à Saint-Mammès, 1885, huile sur toile, 55 x 73,2 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Après le bain, femme s'essuyant, ca. 1884-1886 / 1890 / 1900, pastel sur papier vélin, 40,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Édouard MANET (1832-1883), Bateaux en mer, soleil couchant, ca. 1868, huile sur toile, 43 x 94 cmŒuvre récupérée à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposée en 1961 par l'Etat ; en attente de sa restitution à ses légitimes propriétaires. MNR 873. © MuMa Le Havre / David Fogel
Edgar DEGAS (1834-1917), Les Blanchisseuses, ca. 1870-1872, huile sur toile, 15 x 21 cm. © Ministère de la Culture et de la Communication / Didier Plowy
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), L'Excursionniste, ca. 1888, huile sur toile, 61,5 x 50 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Seine à Samois, ca. 1898, huile sur toile, 60 x 73 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Camille PISSARRO (1831-1903), Statue d’Henri IV et hôtel de la Monnaie, matin, soleil, 1901, huile sur toile, 46 x 55 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Armand GUILLAUMIN (1841-1927), La Creuse à Crozant, ca. 1893, huile sur toile, 60 x 73,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Jules CHÉRET (1836-1932), Femme en noir au manchon, ca. 1885, huile sur toile, 33 x 25 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Claude MONET (1840-1926), La Seine à Vétheuil, 1878, huile sur toile, 50, 5  x 61,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Un carrefour à l'Hermitage, Pontoise, 1876, huile sur toile, 38,5 x 46,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Quai du Pothuis, bords de l’Oise, 1882, huile sur toile, 46,3 x 55,3 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel
Camille PISSARRO (1831-1903), Soleil levant à Éragny, 1894, huile sur toile, 38,3 x 46 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Femme vue de dos, ca. 1875-1879, huile sur toile, 27,1 x 22,1 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Baie de Salerne ou Paysage du midi, 1881, huile sur toile, 46 x 55,5 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Pierre-Auguste RENOIR (1841-1919), Pins à Cagnes, ca. 1919, huile sur toile marouflée sur carton bouilli, 31,5 x 38,7 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Johan Barthold JONGKIND (1819-1891), Paris, le pont Marie et le quai des Célestins, 1874, huile sur bois, 23,5 x 32 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn