DUPAS, Le Char de Poséidon

Jean-Théodore DUPAS (1882-1964), Le Char de Poséidon, 1934, crayon sur papier entoilé, 221 x 477 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Jean-Théodore DUPAS (1882-1964)
Le Char de Poséidon
1934
crayon sur papier entoilé
221 x 477 cm
© MuMa Le Havre / Charles Maslard
Image haute définition
Originaire de Bordeaux, Jean Théodore Dupas (1882-1964), qui est tout à la fois peintre, dessinateur, affichiste et décorateur, est un artiste représentatif de l'Art déco. Il intervient, aux côtés de Dunand, Janniot ou Bourdelle, dans l'« Hôtel du collectionneur », pavillon conçu par Ruhlmann à l'occasion de l'Exposition internationale des arts décoratifs tenue à Paris en 1925. Le MuMa conserve d'ailleurs un projet d'affiche de Dupas pour cette exposition.

Dupas travaille ses peintures sur toile ou ses fresques dans un esprit très maniériste, issu de la tradition française et influencé en particulier par les artistes de la Renaissance. Il participe, aux côtés de Dunand, Janniot ou Subes, aux grands chantiers décoratifs des paquebots transatlantiques de l'entre-deux-guerres.

Le Char de Poséidon, grand dessin conservé dans les collections du MuMa, fait partie des travaux préparatoires pour le décor du Normandie, inauguré en 1935. Dupas se voit confier la commande d'un chantier considérable, le décor du grand salon de première classe paquebot. Pour la grande porte exécutée en laque par Jean Dunand, il dessine le soleil, les vents et le char de l'Aurore. Pour les panneaux de verre qui occupent les angles de l'immense salle, il conçoit quatre compositions sur le thème de la mer : L'Enlèvement d'EuropeLa Naissance d'AphroditeLe Char de Thétis et Le Char de Poséidon. Les panneaux, d'une superficie totale de 400 m², sont exécutés en verre églomisé de Saint-Gobain par le maître verrier Jacques Charles Champigneulle. L'effet produit, qui résulte de la combinaison de peintures d'or, d'argent et de platine sur le verre, est fastueux.

La feuille du MuMa est le dessin préparatoire définitif, qui succède à des esquisses et des dessins plus aboutis et qui a servi à Champigneulle pour procéder à l'agrandissement. La composition a été divisée en cent panneaux de 130 x 75 cm, qui ont ensuite été juxtaposés pour couvrir une surface de 6,60 mètres de hauteur sur 15 mètres de longueur. Une partie du décor original en verre églomisé du Char de Poséidon se trouve aujourd'hui dans les collections du Metropolitan Museum of Art à New York.

Œuvres commentées : XXe siècle (8)

Jean DUBUFFET (1901-1985), Ontogénèse, 1975, vinyle sur panneau, 251 x 316 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn — © ADAGP, Paris, 2013
Fernand LÉGER (1881-1955), Les deux femmes sur fond bleu, 1952, huile sur toile, 54 x 65 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel — © ADAGP, Paris, 2013
André LHOTE (1885-1962), Les arbres à Avignon, ca. 1909-1910, huile sur toile, 81,5 x 54,3 cm. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn — © ADAGP, Paris, 2013
Bernard BOUTET DE MONVEL (1881-1949), New York, huile sur toile, 42,1 x 42,5 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel — © ADAGP, Paris, 2013
Jean DUNAND (1877-1942), La Conquête du Cheval, ca. 1935, panneau de laque, 80 x 170 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Jean-Théodore DUPAS (1882-1964), Le Char de Poséidon, 1934, crayon sur papier entoilé, 221 x 477 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard
Tamara de LEMPICKA (1898-1980), Le Turban orange II, ca. 1945, huile sur toile, 30,5 x 26 cm. © MuMa Le Havre / David Fogel — © ADAGP, Paris, 2013
Jacques-Émile RUHLMANN (1879-1933), Meuble à fards, 1929, loupe de noyer d’Amérique et bronze, 138,5 x 97 x 41 cm. © MuMa Le Havre / Charles Maslard