Friesz, Le Vieux Bassin du Havre

En mars 2017, le MuMa a acquis en vente publique une œuvre exceptionnelle : Le Vieux Bassin du Havre, le soir d’Emile Othon Friesz.
Othon FRIESZ (1879-1949), Le Vieux Bassin du Havre, le soir, 1903, huile sur toile, 81.3 x 100.5 cm. Le Havre Musée d’art moderne André Malraux, acquis avec l’aide du fonds régional pour les acquisitions des musées, de l’AMAM et de mécénat des entreprises AUXITEC, CRAM, EXAGROUPE et d’un collectionneur privé. © MuMa Le Havre / Charles Maslard © ADAGP, Paris 2017
Othon FRIESZ (1879-1949), Le Vieux Bassin du Havre, le soir, 1903, huile sur toile, 81.3 x 100.5 cm. Le Havre Musée d’art moderne André Malraux, acquis avec l’aide du fonds régional pour les acquisitions des musées, de l’AMAM et de mécénat des entreprises AUXITEC, CRAM, EXAGROUPE et d’un collectionneur privé. © MuMa Le Havre / Charles Maslard © ADAGP, Paris 2017
Emile Othon Friesz avec ses débuts impressionnistes, son passage chez les fauves, puis par son parcours unique et personnel occupe une place singulière dans l’histoire de la peinture du XXe siècle. Au-delà de sa naissance havraise, sa formation sur place à ses débuts, aux côtés de Dufy et de Braque en relation directe avec les grands mouvements de l’art moderne ainsi que le lien qu’il garde toujours avec l’histoire artistique et culturelle de sa ville natale (il est membre du Cercle de l’Art Moderne dès 1906) ont légitimement conduit le musée à s’intéresser depuis longtemps à cet artiste.
Au fil du temps, le MuMa a pu constituer un fonds intéressant et cohérent d’œuvres de Friesz (71 œuvres dont 17 peintures, 20 dessins, 5 estampes et un ensemble monumental décoratif en céramique), grâce à des dons (le premier par l’artiste en 1902) ainsi que des achats. La collection embrasse plus particulièrement les années de jeunesse et celles qui suivent la courte aventure fauve de l’artiste. En 2007-2008, le musée lui a consacré une importante rétrospective Othon Friesz. Le fauve baroque.
 
Le Vieux Bassin du Havre, le soir a rapidement été identifié comme l’œuvre présentée par Friesz pour sa toute première participation au Salon de la Société des Artistes Français en 1903. Comme son ami Raoul Dufy, le jeune Friesz à cette époque est intéressé par les sujets qui évoquent les aspects pittoresques de sa ville natale ainsi que la dureté du travail portuaire. Il a donc choisi comme sujet, pour cette entrée officielle dans le monde artistique, le Bassin du Roy et le Quai Videcoq au Havre, un des plus anciens quartiers de la ville, qu’il représente à la tombée de la nuit,  entre chien et loup. Mais, au-delà du choix de représenter une scène de la vie maritime et populaire, l’artiste, encore fortement influencé par l’impressionnisme, porte une attention toute particulière aux variations colorées de la lumière, la rencontre entre l’atmosphère sombre et bleutée du ciel crépusculaire qui se reflète dans l’eau du bassin et les différentes lumières artificielles, froides sur les quais et chaudes dans les cafés du port.
Véritable redécouverte de cette période de formation de l’artiste, restée inédite et inconnue depuis presque un siècle, cette exceptionnelle acquisition vient heureusement compléter le fonds Friesz du musée.
En savoir +

Œuvres acquises en 2017 (2)

Robert FRÉMOND, Les collectionneurs havrais visitant une galerie de peinture, vers 1906-1910, aquarelle sur papier, 54 x 71 cm. Don des descendants de Georges Dussueil, 2017. © MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn
Othon FRIESZ (1879-1949), Le Vieux Bassin du Havre, le soir, 1903, huile sur toile, 81.3 x 100.5 cm. Le Havre Musée d’art moderne André Malraux, acquis avec l’aide du fonds régional pour les acquisitions des musées, de l’AMAM et de mécénat des entreprises AUXITEC, CRAM, EXAGROUPE et d’un collectionneur privé. © MuMa Le Havre / Charles Maslard © ADAGP, Paris 2017